Naruto RPG Origines
Bienvenue sur le forum " RPG-Naruto " =)
Amuse-toi bien parmi nous ;p

Avant de poursuivre votre visite sur le forum, sachez que "RPG-Naruto" est avant tout un forum RpG. Si vous souhaitez vous inscrire, parmi nous, il vous faudra savoir faire 10 lignes de RP complètes, et connaître les bases d'un forum. Si vous ne vous sentez pas capable ou que votre activité parmi nous sera médiocre, merci de PASSER VOTRE CHEMIN .

N'oubliez pas de consulter les règles ainsi que le contexte, pour une meilleure vision des choses sur le forum =)


RPG Naruto
 

Partagez | 
 

 Assu Fumiaki, lueur dans les ténèbres

Aller en bas 
AuteurMessage
Assu Fumiaki
Chuunin
avatar

Masculin Messages: : 61
Date d'inscription : 02/12/2009
Age : 23

Feuille de Rp
HP:
1500/1500  (1500/1500)
Chakra:
150/150  (150/150)
Percéption:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Assu Fumiaki, lueur dans les ténèbres   Mar 13 Fév 2018 - 20:48





Fumiaki Assu
« chuunin » 21 ans



Description physiques:
D’une agréable teinte blonde, les quelques mèches d’Assu, un petit champ d’épis sur sa tête, donnent à ce visage d’enfant quelques aspects angéliques. Ses grands yeux, oranges et brillants, attentifs au moindres détails scrutant parfois le vide – sans fin – affermit cette douce impression. Si sa peau de blond s’avère d’une certaine pâleur, il ne craint pas pour autant la lumière et bronze d’ailleurs assez facilement.

Assez petit pour son âge – il atteint péniblement le metre soixante – Assu est persuadé qu’il ne grandira plus ; et même si les remarques de ses camarades à ce sujet peuvent le mettre dans une colère amusée, il reste d’une grande autodérision sur sa propre taille. Pour autant, penser le garçon fragile, revient à se méprendre sur son compte. Malgré cet aspect fébrile et juvénile, Assu, en fervent pratiquant du kyudo reste un garçon musclé selon les exigences de cet art et a les capacités de se défendre en conséquence.

Habillé naturellement en dépit de la position de son père du point de vue politique, Assu privilégie la simplicité d’une tenue pratique et adaptée à toute situation à une quelconque tenue traditionnelle. Il a toujours sur lui un parchemin contenant son arc et ses flèches. Enfin, détail négligeable mais peu anodin, il porte, depuis son plus jeune âge, un tatouage rouge sur la clavicule gauche. Il s’agit du kanji signifiant « neige », on ne sait pas quelle est l’origine de ce tatouage, ni sa réelle signification. Assu, lui, n’en parle pas.


Descriptions morales:
Issu d’un lignage, non pas noble, mais du moins, puissant, Assu a suivi une formation de ninja exemplaire. S’il ne semble pas pour autant froid et calculateur, il a été formé pour être un soldat et réussir en tant que soldat. Shinobi sérieux et capable d’une concentration extrême, il sait quels sont ses objectifs et vise toujours le succès de ses missions et de ses projets.

A côté de cela, Assu apparaît comme un garçon absolument chaleureux, d’une grande douceur et d’une grande écoute. Digne de confiance et inspirant le courage, il sait mener ses camarades à la victoire, ou du moins, les soutient jusqu’aux limites du possible. Cette confiance n’est possible que du fait de son immense respect, de sa connaissance et de sa fine observation des rapports sociaux : Assu voit le fonctionnement des hommes entre eux et, assez instinctivement, s’attire leur sympathie. Certains lui reconnaissent en outre une aura apaisante, comme si sa seule présence invitait au calme. Il passe de fait pour un très bon diplomate ou médiateur, tâche à laquelle son père l’a très vite voué.

Enfin, malgré sa formation et son esprit consciencieux, il ne parvient pas toujours à contenir certains débordement, de colère, de fragilité, de peur qui le mènent, en dépit de la sévérité de ses maîtres et sa convergence interne à la perfection, à commettre des erreurs. Il apprend d’ailleurs souvent assez rapidement de ces erreurs, mais ses apprentissages venant toujours avec de nouveaux défauts, il ne reste que banalement normal.


Biographie:

Fils d’un dignitaire politique du pays du feu, on ne sait pas précisément les circonstances de sa naissance, toutefois, sa mère ne fut plus la même depuis. L’enfant n’en eut conscience que bien plus tard, lorsqu’il perçut toute l’ampleur de la culpabilité qui la rongeait.
Elle le nomma Chigiru. « Promesse ». Ce à quoi elle-même se vouait et ce en quoi elle croyait. Elle n’imaginait pas qu’un nom pareil aurait de telles conséquences chez son fils. On n’imagine pas, dans ce genre de cas, les difficultés que peut avoir un être à saisir sa propre identité.

Pour autant, ce problème ne se posa que plus tard, très tôt, son père imposa un autre nom. Un nom plus évocateur de sa destiné de combattant : Assu. Issu du mot ash, un mot étranger, un mot-reste, un mot-gravat, « cendre », pour lui rappeler de rester toujours un peu étranger à lui-même, de n’être qu’une existence objective.  

La paix irriguait pleinement le Pays du Feu et des autres nations, le village de Konoha n’était la cible d’aucune menace et pourtant. Pourtant Deisuke Fumiaki, membre d’une famille traditionaliste n’avait aucune confiance en un tel système. Il ne croyait pas en la paix, il ne croyait qu’en la faiblesse de ses propres voisins et qu’en leur propre force. Il s’opposa très rapidement, de fait, et de manière catégorique à ce qu’Assu suive la formation imposée par le village. L’idée que son fils, sa réussite certaine, se mélange aux barbares exotiques de Suna, pays sec et sans vie ou Kiri – village où la barbarie elle-même avait trouvé son origine – le répugnait au plus haut point. Cette position dût changer plus tard, quand, même malgré son pouvoir (car oui, il n’était pas seul à craindre cette fausse paix qui avait – de toute façon – beaucoup trop duré), le père ne put obtenir pour son fils la place stratégique et militaire qu’il désirait sans passer par ces épreuves là. L’enfant fut envoyé dans cette zone neutre mais seulement après l’essentiel de sa formation – privée, auprès de maîtres spécialement payés pour un enseignement digne d’une certaine élite – et seulement dans le but de pouvoir observer au mieux les générations de ninja nouvelles que les villages ennemis avaient pu déléguer.  

Sa formation justement commença très tôt. En tant que dignitaire, son père attendait de lui qu’il puisse servir son pays et son village du mieux qu’il pourrait. Si les débuts semblaient difficiles, le garçon trouva son rythme et pu suivre de manière assez étonnante une telle exigence, pour la plus grande fierté de son père. Ce temps ne dura pourtant pas, Assu montrant des difficultés d’une part sur les bases de la maîtrise du chakra et d’autre part, malgré un entraînement titanesque, pour tout ce qui tenait du combat rapproché. On trouva les raisons dans son jeune âge, mais l’enfant se sentait désorienté face à une forme de résistance de son énergie spirituelle, il ne parvenait jamais à en avoir une maîtrise claire : elle se dilapidait ou se limitait sans qu’il n’arrive à saisir la raison. De fait, son acquisition des techniques de base prirent un certain temps. De même, son taïjutsu restait médiocre dès qu’il s’agissait de se rapprocher d’un adversaire. En terme de pratique, Assu manquait de réflexe de combat, de l’instinct combatif qui permettait de prendre en compte rapidement tous les paramètres physiques, il lui fallait de quoi se concentrer, de quoi analyser, ce en quoi le combat à distance l’arrangeait bien plus.  

Ce retard, Assu ne le vécut jamais comme la source d’une déception familiale. Son père semblait comprendre ces difficultés voire, en était presque satisfait, comme s’il s’agissait de quelque chose de normal pour son garçon. Sa mère l’encourageait faiblement, précieusement mais sans jamais s’imposer en entrave au travail et à l’entraînement. Etait-ce de l’inquiétude ? Assu ne le comprit jamais.  

Ses difficultés, avec les encouragements de son entourage à persévérer le menèrent à une capacité de concentration très forte. Malgré un chakra lourd à manipuler, l’enfant progressait en maîtrise des bases. Ses premiers pas sur l’eau furent une célébration, un palier enfin atteint.
C’est à partir de ce moment que les maîtres d’Assu et son père décidèrent de mettre en place une vérification : Assu étant capable de maîtriser un tant soit peu son énergie vitale, on le soumit à l’expérience de la feuille. Le résultat fut exaltant : la feuille, une fois gorgée d’énergie par l’expérience, fondit en cendre lumineuse, chose que personne parmi les maîtres présents n’avait pu voir lors.

Cette expérience marqua la vie d’Assu, d’une part, pour l’incompréhensible satisfaction de son père à cette nouvelle et aussi pour le changement que cela produisit dans le travail que lui proposait ses maîtres. En effet, si on crut un moment qu’Assu était un échec biologique au regard de ses capacités limités en maîtrise du chakra et de l’exigence qu’on fixait à son égard, cette découverte leur permirent de spécialiser l’enseignement sur une nouvelle façon de voir le chakra et l’énergie vitale. Assu n’eut bientôt plus de secret pour la logique de fonctionnement de son propre corps et saisit l’enjeu d’une telle maîtrise : cette affinité pour la lumière que son corps avait développée serait certainement signe d’une grande puissance, mais nécessitait de toujours dépasser ses propres limites. Quoi qu’il en soit, le corps du jeune Assu ne lui permettait qu’une utilisation limitée de ce chakra si particulier, et c’est seulement avec du temps qu’il parvint à développer ses capacités.

Si le problème de son ninjutsu se réglait plus ou moins, sa faiblesse dans le combat au corps à corps fit tendre Assu vers une forme particulière de combat à distance : le kyudo, l’art martial du tir à l’arc. Ses maîtres virent ici une double solution. A la fois art du combat d’une certaine exigence physique, mais aussi du point de vue de la concentration, cet art permit à Assu de progresser sur de nombreux points et notamment de pouvoir profiter de la paix intérieure que procurait le kyudo pour prendre pleinement conscience de la nature des énergies qui le traversaient.
Toutefois, cette lenteur de progression qui lui était si caractéristique finit par poser cruellement problème. Son père, malgré ses premières compréhensions devint de plus en plus sévère à son égard. D’une part s’il voulait un jour pouvoir lui faire atteindre de hautes fonctions, il était nécessaire qu’il soit meilleur ; d’autres part, se jouait en cet enfant une question cruciale d’honneur, et voir en lui de tels retards ne faisait que l’aigrir davantage. Avoir un jouet intéressant était en effet plaisant au premier abord, saisir que ce jouet avait des limites était d’autant plus délicat à accepter.

Durant son apprentissage, on se rendit compte que malgré ses difficultés à concentrer son chakra en une forme ou en un point, Assu était capable, avec une certaine facilité, de l’étendre, de créer une aura étendue pouvant interagir avec son environnement. Cette capacité, liée au sens de l’observation inné du garçon malgré la lenteur de ses réflexes au combat confortèrent ses maîtres dans la spécialisation vers laquelle on le menait : en faire un ninja sensoriel.

C
es progrès entraînaient Assu et ces mêmes maîtres de découvertes en découvertes. Ils constatèrent notamment que, grâce à ce chakra lumineux (que l’on choisit d’appeler hikariton), plus que seulement interagir avec l’environnement et le percevoir, le garçon pouvait, en modifier la perception en bon comme en mauvais. Si cela lui demandait évidemment plus d’énergie et le fatiguait bien plus rapidement (mais toujours moins que de devoir produire ne serait-ce qu’une boule concentrée de chakra), on tint à lui faire travailler cette possibilité. Cette modification de la perception passait par une mise en contact du chakra d’Assu vers les autres et la signature de chakra du jeune garçon se condensait alors en une caresse chaleureuse et rassurante, dont on fit l’arme du garçon. Après ses multiples réussites aux différentes épreuves pour devenir genin puis plus tard, chunnin, on découvrit au garçon une réelle affinité avec la diplomatie, et une certaine facilité à accomplir des missions d’ordre politique, pour l’appréciable satisfaction de son père.  

Ainsi, malgré son retard dans les relations sociales, sa formation de leader et son charisme naturel firent d’Assu un ninja apprécié de sa génération. Force vouée à son village et à la progression de celui-ci contre les autres (conviction politique – silencieuse – issue de son père), il restait cependant un élément sage et à l’écoute de tous. On voyait en lui une valeur sûr en qui on pouvait loger sa confiance. Ninja finalement exemplaire, il mêlait toutefois aussi bien des réussites que des échecs : il dut s’y reprendre à deux fois pour réussir son examen de chûnin et il lui est souvent arrivé d’échouer certaines missions ou de devoir les abandonner du fait des hauts risques qu’elles pouvaient comporter.
De fait, relativement bon sans pour autant être légendaire, l’ensemble du village – en dépit des positions connues de son père – ne se méfie pas encore de lui ou de son orgueil, peut-être du fait de l’aura qu’on lui reconnaît, rassurante, chaleureuse, confiante.

Qui sait ce qui attend les hommes quand l’apparence est leur seule garantie…
Revenir en haut Aller en bas
Pimiko Akiko
Maître Mizukage
avatar

Féminin Messages: : 701
Date d'inscription : 11/10/2008
Age : 25

Feuille de Rp
HP:
10000/10000  (10000/10000)
Chakra:
1500/1500  (1500/1500)
Percéption:
80/80  (80/80)

MessageSujet: Re: Assu Fumiaki, lueur dans les ténèbres   Mar 13 Fév 2018 - 21:20

Le tout me semble bien construit.

D'ailleurs, chapeau pour la qualité de ton écriture. C’est très fluide.  

 

Bon,

Pour ce qui est du personnage, je n’ai qu’une chose à voir avec toi :  Tel que discuté sur le canal Discord, nous autoriserons ton contrôle de la lumière, à une condition:




  • Il est possible que le compte N-RPG interagisse avec ton personnage lors de tes RP. Si et lorsque ces arriveront, tu seras contacté en MP avec une liste d’instructions que tu devras suivre. Sois conscient que si l’équipe Admin/Trame a besoin d’utiliser ton personnage, tu devras coopérer et ce, même si les actions demandées vont à l’encontre des valeurs de ton personnage…





Si tu acceptes, considère ce post comme étant ta première validation.  

_________________
pimicosignature
Revenir en haut Aller en bas
Mey Kurotsuchi
Maitre Kazekage
awesome board
– No matter what happen, be strong
avatar

Féminin Messages: : 289
Date d'inscription : 02/03/2009
Age : 29
Village: : Suna

Feuille de Rp
HP:
10000/10000  (10000/10000)
Chakra:
1500/1500  (1500/1500)
Percéption:
80/80  (80/80)

MessageSujet: Re: Assu Fumiaki, lueur dans les ténèbres   Mar 13 Fév 2018 - 21:21


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assu Fumiaki, lueur dans les ténèbres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Assu Fumiaki, lueur dans les ténèbres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Marche dans les ténèbres.
» Dans les Ténèbres de ma mémoire [Terminé]
» Nouveau venu dans les ténèbres [Shachath, Asher] [18/03/42]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto RPG Origines :: Présentations :: Inscription à Konoha-
Sauter vers: